Abilio Diniz, un séducteur à la conquête de Carrefour


Abilio Diniz, un séducteur à la conquête de Carrefour

Le le groupe d'Abilio Diniz (page web : lefigaro.fr) affronte de graves difficultés financières au début de la décennie 90, en pleine crise. Le patron conçoit un plan de sauvegarde sévère permettant de sauver le Grupo Pão de Açúcar, qui vend son activité au Portugal, ferme un tiers des grandes surfaces et congédie vingt mille employés. En 1995, Abilio Diniz ouvre son groupe aux investisseurs. L'homme d'affaires attaque alors une phase d’acquisitions et le groupe devient le numéro un de la distribution dans le pays. En 1999, le groupe Pão de Açúcar instaure des relations financières et commerciales avec le groupe tricolore Casino.

L'enfance d'Abilio Diniz

Les enfants de son quartier prennent Abilio Diniz comme leur souffre-douleur dans sa jeunesse. Le jeune homme est diplômé de l’école de management de la Fondation Getùlio Vargas à Sao Paulo, qu'il a rejointe au milieu des années 1950. En Amérique du Nord, Abilio Diniz projette de parfaire ses connaissances en économie. Enfant, il a les arts martiaux dans le but de ne plus être un souffre-douleur.

De la petite boulangerie au premier supermarché GPA

Abilio Diniz croise les créateurs de Carrefour en 1974. Il s’inspire de leur succès pour faire croître le Grupo Pão de Açúcar. Son père inaugure sa toute première boulangerie sur un boulevard particulièrement connu de Sao Paulo. Dix ans après l'ouverture par Abilio Diniz du 1er supermarché à la fin des années cinquante, le groupe rassemble 40 magasins et mille quatre cents employés En référence au Pain de Sucre à Rio, le magasin familial se nomme Pão de Açúcar.

Défendant le contentement et la stimulation des équipes dans les sociétés, le "capitalisme responsable" consiste en un mouvement lancé aux USA auquel appartient Abilio Diniz. Fondateur de l’équipe d’Audax, destinée à déceler les jeunes potentiels, Abilio Diniz appartient par ailleurs au comité de consultation du club de foot de São Paulo. Sous sa houlette, des salles de sport sont créées dans les supermarchés GPA et des programmes sponsorisés par le groupe incitant son équipe à prendre part aux marathons sont déployés. En effet, il est intimement convaincu des bénéfices du sport.

Luiz Inácio Lula da Silva, qui est l’ancien président du sous-continent brésilien, dénombrait Abilio Diniz au sein de son cercle d'amis. Selon "Forbes", la fortune de l'entrepreneur est évaluée à 3,7 milliards de $ et fait de lui la dixième fortune du Brésil. Au Brésil, l’une des personnalités les plus influentes n'est autre qu'Abilio Diniz.